Le mouvement présidentiel aux Comores a lancé de graves accusations contre l’organisation d’opposition

La majorité cherche à faire monter la pression autour du CNT. Le directeur de campagne du président Azali a lancé, ce samedi 30 mars, de graves accusations contre l’organisation d’opposition.

Selon Houmed Msaidie, le mouvement serait coupable de complot afin de renverser le pouvoir, notamment pour avoir synchronisé, jeudi, l’évasion du commandant Faissoal Abdou Salam, l’attaque du camp militaire de Kandani ainsi que l’intrusion d’individus à l’ambassade des Comores, en France.

Houmed Msaidie a dénoncé des actions « pensées et réfléchies » mais aussi une « aventure délirante ». Selon lui, « un groupe d’individus remet en cause la démocratie ».

La majorité demande, par conséquent, aux autorités de mettre fin au CNT, qualifiant le mouvement d’ « organisation criminelle ». Elle se dit toutefois ouverte au dialogue mais seulement avec ceux qui reconnaîtront l’ordre républicain et le résultat de l’élection.
Par RFI

élections_présidentielles AZALI_Assoumani élections candidats
If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Rating
Pas encore d'évaluations
Il n y a pas encore de recommandations
Log in ,
to rate and recommend

Commentaires

Post your comment to communicate and discuss this article.

Aucun résultat trouvé.