Mahamoudou Ahamada, candidat à la présidence des Comores, promet de rétablir les accords de Fomboni

Arrivé le 06 mars 2019 en provenance de France, Me Mahamoudou Ahamada, accompagné de milliers de partisans depuis l’aéroport international Moroni prince Saïd Ibrahim jusqu’au stade Ajao, dans la capitale, a organisé son premier meeting depuis l’ouverture de la campagne. Candidat indépendant mais soutenu par son parti, le Juwa, Me Mahamoudou Ahamada assure que s’il est élu, il ne restera que deux ans au pouvoir.
C’est devant une foule acquise à sa cause que Me Mahamoudou Ahamada a tenu, mercredi 6 mars, au stade Ajao, son premier grand meeting depuis l’ouverture de la campagne. En provenance de Paris, où il a organisé trois réunions dans différentes villes, le candidat indépendant est arrivé à Ajao avec un imposant cortège. C’est le maire de la capitale qui a pris la parole en premier. Cheikh Ali Bakar Kassim a émis le souhait de prendre part au processus de sécurisation des élections. Il appellera ainsi à lutter pour la liberté.» Je les appelle à venir nous rejoindre tout comme j’appelle Mze Soulé Abdou El-Bak à s’allier avec nous. Si Azali ne lui a pas donné ses droits quand il était au pouvoir ce n’est pas maintenant qu’il le fera», déclare Cheikh Ali Bakar Kassim.
Autre intervenant, Ibouroi Cheha s’adressera au candidat Mahamoudou Ahamada et l’invitera à «être le président de tous les Comoriens». Abdou Saïd, secrétaire général du Juwa a ensuite pris le relai pour revenir sur les nombreuses personnes de son parti qui sont en prison, mais aussi sur l’ancien vice-président Djaffar Ahmed Saïd Hassane «contraint de fuir». Abdou Saïd appelle ainsi à un sursaut démocratique pour prendre le pouvoir.
Le directeur de campagne, Ibrahim Mohamed Soulé, arborera dans le même sens. Celui qui a vu sa candidature invalidée, insistera sur le fait que les personnes présentes au meeting n’ont «pas été obligées à venir sous peine d’être licenciées et vous n’êtes pas là parce qu’on vous a donné de l’argent», affirme le député de Moroni nord. Ce dernier fera ensuite savoir que «Allez voter de bonne heure», dira-t-il à la foule avant d’appeler le pouvoir en place à «éviter le vol même si des institutions comme la Ceni et ses démembrements sont votre botte». Il terminera son propos en annonçant le ralliement de plusieurs partis à la candidature de Me Mahamoudou
Ahamada.
Ahmed Abdallah Mohamed, candidat du Juwa à l’élection du gouverneur de Ngazidja, invite la population à adhérer à son parti «le seul parti démocratique, le seul parti où, à l’exception de Sambi, on est tous égaux». Ingénieur en génie civile, Ahmed Abdallah Mohamed compte mettre en place une formation professionnelle en plus de celle générale avec l’objectif d’offrir plus de chance aux jeunes selon leurs domaines de compétences. La santé maternelle aussi est une de ses mesures phares lui qui dit ne pas comprendre pourquoi il y a plus de césarienne maintenant qu’avant. Plusieurs engagements seront ensuite pris par le candidat Ahmed Abdallah Mohamed.
Candidat à la présidentielle, Me Mahamoudou Ahamada pointera du doigt le train de vie de certaines hautes autorités et promet, une fois élu, de réduire son salaire de président. Il en sera de même pour la Rau qui «sera mieux repartie avec une priorité pour les urgences d’El-Maarouf». A ceux qui «pointent du doigt mon jeune âge», il leur dira qu’il a presque vingt ans d’expérience et que ce sont ces mêmes personnes qu’il a défendues en tant qu’avocat.
Me Mahamoudou Ahamada «promet de quitter le pouvoir après deux ans de règne pour laisser la place à nos frères Anjouanais tel que dit par les Accords de Fomboni. Je veillerais d’ailleurs à leur retour parce que je ne sais pas pour d’autres, mais pour moi, une parole donnée doit être respectée». Il finira avec une pensée pour l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi ainsi que tous ceux qui sont «injustement lésés et emprisonnés», selon ses termes.
Abdallah Mzembaba
élections_présidentielles AZALI_Assoumani élections candidats
If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Auteur
(0 rate)
Exposition
(0 rate)
Actualité
(0 rate)
12 revues en mars
I recommend
Il n y a pas encore de recommandations

Commentaires

Comments are designed to communicate and discuss the features of an enterprise or event, as well as to find out the interesting questions on it.

Politique
Le Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération internationale se réjouit du climat de sérénité dans lequel se sont déroulées les élections du dimanche 24 mars sur l’ensemble du territoire national.  Il déplore, cependant, les actes de sabotage et les diverses manœuvres orchestrées par certains candidats dans l’objectif d’entacher la crédibilité du processus électoral. Il regrette les incidents ayant été enregistrés lors du scrutin, particulièrem...
Société
Le candidat au gouverneur de Mwali, Saïd Baco Attoumane, revendique déjà la victoire à Mwali. Avant même la proclamation des résultats par la commission électorale Insulaire Indépendante, Saïd Baco Attoumane annonce déjà la victoire. habarizacomores
Société
Une manifestation dirigée ce matin, à Moroni par les 12 candidats de l'opposition, contre les élections du dimanche 24 mars 2019. Vidéo©Hayba fm Cliquez ici pour voir la vidéo https://www.facebook.com/COMOROS24.France/videos/537851859955092/
Politique
Mutsamudu: Selon deux présidents de bureaux de vote à Missiri, la commission électorale d’Anjouan a ordonné hier la fermeture des bureaux à 17H, soit une heure avant le temps réglementaire. Cette décision serait motivée par des « raisons sécuritaires ». Les urnes sont acheminées à la gendarmerie où auront lieu les dépouillements. ©Masiwa
Politique
Conférence du ministre de l'intérieur, Mohamed Daoudou alias Kiki. Le ministre de l'intérieur dénonce les manipulations et coups tordus des candidats de l'opposition. Pour lui, les élections se sont bien déroulés malgré quelques incidents et il n'y a eu aucun mort à Anjouan. «On est dans un petit pays. S'il y'a eu un mort dans un village ou ville, au moins sa famille est au courant et n'en parlons plus les habitants. Je défie quiconque donnera un nom d'une...
Politique
L’élection présidentielle anticipée aux Comores, dont le premier tour se tient dimanche 24 mars, est loin de faire l’unanimité dans cet archipel de l’océan Indien. Le président sortant, Azali Assoumani, y est accusé par l’opposition de mener un « coup d’Etat institutionnel ». Les douze adversaires du chef de l’Etat dans ce scrutin ont dénoncé dimanche un « coup d’Etat » électoral et appelé le peuple « à résister » et à se « mobiliser » contre des fraudes e...
Politique
Conférence de presse du ministre de l'intérieur au sujet de la situation générale du double scrutin. Le Ministre de l'intérieur : "A part quelques incidents mineurs, les élections se déroulent normalement." Dans sa conférence de presse il a informé, que les urnes détruites à Anjouan ont été remplacées.habarizacomores Pour voir la vidéo, cliquez ici https://www.facebook.com/COMOROS24.France/videos/319071058796198/
Société
Deux bureaux de vote de Tsembehou sont saccagés par la population. Et pour cause, les urnes étaient déjà remplies de bulletins avant l’ouverture des bureaux. « Même les assesseurs n’avaient pas encore voté ». Les forces de sécurité ont utilisé des balles réelles qui ont entraîné 3 blessés graves. Selon les habitants, deux par « balles réelles » et un autre par une grenade lacrymogène. Masiwa Komor Pour voir la vidéo, cliquez ici https://www.facebook.com/C...
Politique
Ce 24 mars 2019 débute le premier tour des élections anticipées. Les Comoriens sont appelés aux urnes pour élire le président de la république et les gouverneurs des îles. A Ngazidja, dans la région de Bambao, tout se déroule dans le calme et la sérénité. A Vouvouni, les 4 bureaux de votes ont ouvert à 7h 30, après l'arrivée des urnes à 6h45. Des bureaux qui ont acceuilli les premiers votants dès 8h00. La situation est calme malgré quelques bousculades.  A...