Un père a été condamné à six mois de prison pour avoir abandonné sa fille de 13 ans aux Comores

Un père a été condamné, à Rennes, à six mois de sursis et au retrait de l'autorité parentale pour avoir abandonné sa fille de 13 ans aux Comores. 
Sa nouvelle compagne n'en voulait plus
C'est l'adolescente qui s'est rendue, en août dernier, au consulat de France aux Comores. Elle était arrivée fin juillet avec son père pour des vacances. Le séjour a tourné au cauchemar pour cette jeune fille, qui a déjà perdu sa maman.
Sans passeport, sans même dire au revoir... 
Son père a rencontré une femme. La nouvelle compagne reproche à sa belle-fille son peu d'entrain à faire la vaisselle et le ménage. Assez pour vouloir s'en débarrasser. C'est pourquoi le père, originaire des Comores, a acheté deux billets d'avion en juillet. Il a confié son enfant à sa soeur, qui vit déjà dans un logement précaire, et est parti. Sans même dire au revoir, sans laisser la moindre pièce et en emportant le passeport de sa gamine pour qu'elle ne puisse pas revenir.

Le consulat, qui a constaté la détresse physique et mentale de l'adolescente, a joint le parquet de Rennes. Une enquête a été ouverte pour soustraction par un parent à ses obligations légales compromettant la santé, la sécurité et la moralité de son enfant, un délit qui fait encourir deux ans de prison et 30 000 € d'amende. L'enfant refusait de s'alimenter, déprimait, n'allait plus à l'école. À Rennes, l'adolescente était une bonne élève de 4e.
« L'enfant veut mourir »
À la barre du tribunal, le père, costume et lunettes fumées, essaie de surmonter la honte, quitte à nier l'évidence. Les rapports du consulat sont sans ambiguïté : sa fille dort dans un débarras avec l'enfant de la tante, ne va pas à l'école et dépérit de jour en jour. « Elle veut mourir, ne mange plus, pleure beaucoup, perd la mémoire. Par manque de moyen, la tante ne peut pas l'hospitaliser », note l'éducateur.

« C'est vrai que j'ai amené ma fille aux Comores pour qu'elle y reste, je ne voulais plus d'elle, concède-t-il subitement. Il fallait trouver une solution puisque ma nouvelle compagne n'en veut pas. » Il ajoute qu'il n'a pas laissé sa fille à sa soeur mais à sa mère. La présidente lui rappelle que sa mère est âgée et n'est pas, selon le consulat qui s'est rendu sur place, en état de s'occuper d'une adolescente de 13 ans. Devant les rapports accablants, le père finit par avouer qu'il n'a « peut-être pas pris la bonne décision ».

Le parquet requiert six mois avec sursis et le retrait de l'autorité parentale. Le père semble s'en offusquer et conteste. Le tribunal suit l'accusation. L'adolescente sera rapatriée et prise en charge par les services sociaux du département. ©Ouest France

Rennes France prison autorité_parentale
If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Auteur
(0 rate)
Exposition
(0 rate)
Actualité
(0 rate)
I recommend
Il n y a pas encore de recommandations

Commentaires

Comments are designed to communicate and discuss the features of an enterprise or event, as well as to find out the interesting questions on it.

Politique
La France a appelé aujourd'hui «l'ensemble des acteurs politiques» comoriens à la «plus grande retenue» et au «dialogue», après les violences liées à la réélection contestée du président Azali Assoumani. Paris «invite les autorités comoriennes, ainsi que l'ensemble des autres acteurs politiques, à faire preuve de la plus grande retenue et à régler leur différend par un dialogue inclusif», a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangè...
Société
Le 30e sommet arabe ordinaire s’est déroulé à Tunis alors que la région traverse un contexte difficile avec notamment des crises qui secouent de nombreux pays comme le Yémen, la Syrie et la Libye pour ne citer qu’eux. Les peuples arabes s’attendaient au moins à une réaction digne de ce nom après la récente décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté de l’Etat sioniste sur le Golan syrien occupé. Cependant, les dirigeants ara...
Société
Les Comores sont toujours dans l’attente des résultats définitifs de la présidentielle du 24 mars. C’est la Cour suprême qui doit les proclamer. Après un scrutin contesté, le président Azali avait été déclaré vainqueur avec 60 % des voix par la Commission électorale. L’attente se vit dans un climat tendu depuis les violences, le jour du scrutin, et l’attaque du camp militaire de Kandani qui a fait trois morts. Par RFI
Politique
"Ces derniers jours, les Comores ont été le théâtre de graves tensions politiques et des actes de violence occasionnant des pertes en vies humaines. Ils font suite aux élections tenues le 24 et marquées, selon la déclaration conjointe des missions internationales d’observation électorale, par des irrégularités importantes mettant en doute la transparence et crédibilité du scrutin.   Face à cette situation, il importe que les autorités comoriennes ainsi que...
Politique
Le gouvernement comorien, représenté par le ministre de l’Intérieur, porte-parole du gouvernement, Mohamed Daoudou, le directeur de cabinet du président de la République chargé de la Défense, Youssoufa Mohamed Ali, et le secrétaire d’État chargé de la Coopération internationale, Djoumoi Saïd Abdallah, a rencontré tous les ambassadeurs, consuls et représentants des organismes internationaux accrédités à Moroni, en début de la journée du vendredi 29 mars der...
Société
Près de 2000 comoriens manifestent en ce moment Porte d'Aix à Marseille pour protester contre la réélection du colonel Azali à la tête du pays. Une réélection entachée d'irrégularités.   Le Collectif des Comoriens de l'extérieur a appelé l'ensemble de la communauté à manifester pour dire non à "la dictature du colonel Azali aux Comores". A Marseille ou réside la plus importante communauté de comoriens de France, ils sont 2000 actuellement rassemblés porte...
Politique
TUNIS, 31 mars 2019 (TAP)- Mohamed El-Amine Souef, ministre comorien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a déclaré, dimanche, à Tunis, que la région arabe vit une conjoncture délicate qui nécessite une intervention urgente de la part des dirigeants arabes pour faire face aux menaces à la sécurité et pour réaliser les aspirations des peuples à la prospérité.   Il a appelé les leaders arabes, dans son discours prononcé à l'occasion a...
Société
La majorité cherche à faire monter la pression autour du CNT. Le directeur de campagne du président Azali a lancé, ce samedi 30 mars, de graves accusations contre l’organisation d’opposition. Selon Houmed Msaidie, le mouvement serait coupable de complot afin de renverser le pouvoir, notamment pour avoir synchronisé, jeudi, l’évasion du commandant Faissoal Abdou Salam, l’attaque du camp militaire de Kandani ainsi que l’intrusion d’individus à l’ambassade de...
Société
Des comoriens de la diaspora manifestent à MarseilleHabarizacomores Cliquez ici pour voir la vidéo https://www.facebook.com/COMORES24.France/videos/975406149328188/