Sambi demande à la Cour suprême de lui accorder un accès illimité à son avocat

L’ancien président des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, a appelé la Cour suprême à se voir accorder un accès illimité à son avocat pour se défendre dans une affaire de corruption.

Les autorités comoriennes ont emprisonné Sambi en août pour des accusations de corruption, de détournement de fonds publics et de contrefaçon liées à la vente de passeports des Comores. Un rapport parlementaire -rejeté par certains députés- indique que le projet avait privé l’archipel des Comores de 971 millions de dollars.

Ahmed Abdallah Mohamed Sambi souhaite que le tribunal lui accorde la liberté de communiquer avec son conseiller juridique sans qu'un policier soit présent pour écouter leur conversation, a déclaré mardi son avocat, Mahamoudou Ahmada, dans la capitale Moroni.

"Je n'ai jamais pu parler à mon client" sans qu'un policier soit présent depuis son arrestation, a déclaré Ahmada. "J'espère qu'il y aura un résultat positif pour que je puisse préparer sa défense."

Le scandale des passeports remonte à 2008, lorsque les Comores ont lancé, avec la coopération des Émirats arabes unis et du Koweït, un programme visant à offrir la citoyenneté aux apatrides des pays du Golfe. En retour, le pays recevrait des investissements des pays riches en pétrole.

Certains des passeports ont été achetés par des Iraniens, dont un certain nombre étaient impliqués dans des industries visées par des sanctions internationales, a rapporté Reuters en juillet.

Sambi a nié tout acte répréhensible.

actu-comores

président Koweït Émirats Iraniens Golfe Moroni,
If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Pas encore d'évaluations
Auteur
(0 rate)
Exposition
(0 rate)
Actualité
(0 rate)
I recommend
Il n y a pas encore de recommandations

Commentaires

Post your comment to communicate and discuss this article.

Aucun résultat trouvé.