Le Maroc, une solution pour les études supérieures

Le directeur commercial de l’école française multinationale le PIGIER au Maroc, Ben Cheikh Ahmed, en collaboration avec la directrice de l’agence SBC travel ont organisé une conférence de presse hier mardi à Moroni. Ensemble, ils ont dit leurs engagements respectifs auprès des étudiants souhaitant poursuivre une formation professionnelle au Maroc.

Depuis un an, Ben Cheikh Ahmed travaille en collaboration avec l’Agence aérienne SBC pour faciliter les bacheliers et les diplômés désirant poursuivre leurs formations professionnelles à Casablanca, surtout à Meknès, au Maroc. Trois points essentiels étaient débattus lors de cette rencontre avec la presse: faciliter les démarches, le soutien du gouvernement dans le processus et les doléances touchant les apprentis au Maroc.

« Pour favoriser les démarches permettant aux étudiants d'évoluer, nous nous mettons en correspondance avec l’Agence Marocaine de la Coopération Internationale (AMCI). Désormais au Maroc, il ne suffit pas de faire une inscription et atterrir sur le territoire » a expliqué Ben Cheikh. Le gouvernement comorien a pour sa part dit sa disponibilité pour épauler le directeur commercial de l’école le PEGIER. Ce dernier, en liaison permanente avec l’agence SBC, s'assure de la disponibilité des vols pour les étudiants.

« Cela fait déjà 5ans que je travaille dans ces conditions. Mais l’année dernière, je me suis lié avec l’agence SBC pour éviter les difficultés que rencontrent les étudiants à l’aéroport de Maroc sur le plan des vols. Nous les accompagnons dans leurs formations professionnelles jusqu’au terme fixé », a-t-il poursuivi, avant d’ajouter que « l’Association des Etudiants Comoriens au Maroc (AECM) dans laquelle je suis membre est créée spécifiquement pour ça ».

Le directeur commercial de l’école française multinationale le PIGIER au Maroc a dénoncé les impacts déstabilisant les formations professionnelles des apprentis au Maroc. « Les étudiants poursuivant leurs formations au Maroc, surtout ceux qui se trouvent à Meknès, arrivent en retard làbas faute d’un ambassadeur comorien au Maroc qui pourrait accélérer les dossiers des étudiants et s’en occuper en cas d’incident », a-t-il regretté. Il fait ainsi appel au directeur de l’enseignement supérieur pour dit-il s’occuper des hébergements et prie pour que le ministre de l’éducation et ainsi que celui des affaires étrangères de "bien entretenir les relations avec le Maroc car c’est un pays qui aide beaucoup les Comoriens dans leurs études supérieures".

lagazettedescomores

directeur commercial française multinationale Maroc gouvernement comorien l’agence,
If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Pas encore d'évaluations
Auteur
(0 rate)
Exposition
(0 rate)
Actualité
(0 rate)
I recommend
Il n y a pas encore de recommandations

Commentaires

Post your comment to communicate and discuss this article.

Aucun résultat trouvé.