Vice-président en charge du ministère de l'économie participe à la réunion de la huitième assemblée générale de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables

Djaffar Ahmed Saïd Hassani, accompagné de l’ambassadeur de l’Union des Comores auprès des Emirats arabes unis, Saïd Toihir Saïd Nassur, et de la directrice des énergies renouvelables aux Comores, Ahmed Karim Farida, a montré que le peuple comorien, après des années de crise énergétique, est conscient que le pari est loin d’être gagné avec des énergies fossiles. “Les Comoriens sont convaincus que seules les énergies renouvelables peuvent permettre à ce pays de moins d’un million d’habitants de relancer son économie pour espérer s’inscrire sur la liste des pays émergents à l’horizon 2030”, a déclaré Djaffar Ahmed Said Hassani devant ses pairs.

La huitième assemblée générale de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) est ouverte depuis vendredi 1er janvier dernier à Abu Dhabi. En marge de ce grand rendez-vous sur la question des énergies renouvelables, les Petits Etats insulaires en développement (Peid) se sont réunis à la veille de son ouverture officielle pour parler de l’intensification du déploiement des énergies renouvelables dans leurs pays.

Débutée avec l’objectif de mettre en évidence des exemples de transformation énergétique réussie dans les Pieds, cette réunion de haut niveau a vu intervenir différents ministres de l’énergie convaincus que les Peid peuvent répondre à la plupart, sinon à la totalité, de leurs besoins énergétiques domestiques grâce à une combinaison de technologies d’énergies renouvelables.

Dans beaucoup de pays insulaires éloignés, la capacité à produire de l’électricité 24h sur 24 était un rêve. Aujourd’hui, même les îles les moins peuplées disposent d’une énergie renouvelable quotidiennement, et cela “améliore la sécurité alimentaire et réduit la pauvreté”.

Durant son intervention, le directeur général de l’Irena, Adnan Z. Amin, a expliqué que la transformation de l’énergie ne consiste pas à remplacer une source d’énergie par une autre, mais plutôt par une transformation économique et industrielle.

  "Nous étions esclaves d’un produit importé essentiel mais coûteux. Les Peid sont entravés par une forte dépendance aux combustibles fossiles importés et par les coûts élevés associés à la transition vers une énergie durable et un développement sobre en carbone, a-t-il déclaré avant d’évoquer la question du financement."

Le patron de l’Irena a également souligné que l’accès au financement dans les Peid ne peut pas être sous-estimé, sachant que ces pays travaillent beaucoup dans le cadre des contributions au niveau national.

D’ailleurs, comme a lancé le patron de cette organisation “l’initiative phare des petits Etats insulaires en développement de l’Irena vise à soutenir la transition énergétique en mobilisant avec succès 500 millions de dollars américains, afin de faire progresser leurs ambitions en matière d’énergies renouvelables. Aujourd’hui, les îles émergent comme des précurseurs dans la recherche de systèmes énergétiques basés sur les énergies renouvelables”.

Après la crise énergétique

Djaffar Ahmed Saïd Hassani, a, pour sa part, insisté sur le fait que l’Union des Comores est très sensible aux problématiques des énergies renouvelables. A l’entendre, le peuple comorien, après des années de crises énergétiques, est conscient que même si aujourd’hui il a de l’électricité de façon permanente et que son économie est relancée grâce à cette stabilité énergétique retrouvée, le pari est loin d’être gagné avec des énergies fossiles

 "Oui, les Comoriens sont convaincus que seules les énergies renouvelables peuvent permettre à ce pays de moins d’un million d’habitants de relancer son économie pour espérer s’inscrire sur la liste des pays émergents à l’horizon 2030 comme l’a promis le président de l’Union des Comores. A l’instar des pays en développement, l’Union des Comores envisage d’atteindre 55% d’énergies renouvelables à l’horizon 2030, a fait savoir le vice-président en charge l’Energie."

Djaffar Ahmed Saïd Hassani a évoqué des projets pour atteindre les 55%, notamment le projet de Micro centrales hydrauliques et solaire, le projet de l’Autonomie des bâtiments administratifs, celui de l’éclairage public en solaire et surtout celui de la géothermie.

“Permettez-moi de remercier encore une fois le directeur général de l’Irena qui, l’année dernière, a volontairement organisé et animé une réunion de promotion et de mobilisation autour de la géothermie en Union des Comores”, a-t-il dit durant son intervention. al watwan

Irena
If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Auteur
(0 rate)
Exposition
(0 rate)
Actualité
(0 rate)
I recommend
Il n y a pas encore de recommandations

Commentaires

Post your comment to communicate and discuss this article.

Politique
La France a appelé aujourd'hui «l'ensemble des acteurs politiques» comoriens à la «plus grande retenue» et au «dialogue», après les violences liées à la réélection contestée du président Azali Assoumani. Paris «invite les autorités comoriennes, ainsi que l'ensemble des autres acteurs politiques, à faire preuve de la plus grande retenue et à régler leur différend par un dialogue inclusif», a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangè...
Société
Le 30e sommet arabe ordinaire s’est déroulé à Tunis alors que la région traverse un contexte difficile avec notamment des crises qui secouent de nombreux pays comme le Yémen, la Syrie et la Libye pour ne citer qu’eux. Les peuples arabes s’attendaient au moins à une réaction digne de ce nom après la récente décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté de l’Etat sioniste sur le Golan syrien occupé. Cependant, les dirigeants ara...
Société
Les Comores sont toujours dans l’attente des résultats définitifs de la présidentielle du 24 mars. C’est la Cour suprême qui doit les proclamer. Après un scrutin contesté, le président Azali avait été déclaré vainqueur avec 60 % des voix par la Commission électorale. L’attente se vit dans un climat tendu depuis les violences, le jour du scrutin, et l’attaque du camp militaire de Kandani qui a fait trois morts. Par RFI
Politique
"Ces derniers jours, les Comores ont été le théâtre de graves tensions politiques et des actes de violence occasionnant des pertes en vies humaines. Ils font suite aux élections tenues le 24 et marquées, selon la déclaration conjointe des missions internationales d’observation électorale, par des irrégularités importantes mettant en doute la transparence et crédibilité du scrutin.   Face à cette situation, il importe que les autorités comoriennes ainsi que...
Politique
Le gouvernement comorien, représenté par le ministre de l’Intérieur, porte-parole du gouvernement, Mohamed Daoudou, le directeur de cabinet du président de la République chargé de la Défense, Youssoufa Mohamed Ali, et le secrétaire d’État chargé de la Coopération internationale, Djoumoi Saïd Abdallah, a rencontré tous les ambassadeurs, consuls et représentants des organismes internationaux accrédités à Moroni, en début de la journée du vendredi 29 mars der...
Société
Près de 2000 comoriens manifestent en ce moment Porte d'Aix à Marseille pour protester contre la réélection du colonel Azali à la tête du pays. Une réélection entachée d'irrégularités.   Le Collectif des Comoriens de l'extérieur a appelé l'ensemble de la communauté à manifester pour dire non à "la dictature du colonel Azali aux Comores". A Marseille ou réside la plus importante communauté de comoriens de France, ils sont 2000 actuellement rassemblés porte...
Politique
TUNIS, 31 mars 2019 (TAP)- Mohamed El-Amine Souef, ministre comorien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a déclaré, dimanche, à Tunis, que la région arabe vit une conjoncture délicate qui nécessite une intervention urgente de la part des dirigeants arabes pour faire face aux menaces à la sécurité et pour réaliser les aspirations des peuples à la prospérité.   Il a appelé les leaders arabes, dans son discours prononcé à l'occasion a...
Société
La majorité cherche à faire monter la pression autour du CNT. Le directeur de campagne du président Azali a lancé, ce samedi 30 mars, de graves accusations contre l’organisation d’opposition. Selon Houmed Msaidie, le mouvement serait coupable de complot afin de renverser le pouvoir, notamment pour avoir synchronisé, jeudi, l’évasion du commandant Faissoal Abdou Salam, l’attaque du camp militaire de Kandani ainsi que l’intrusion d’individus à l’ambassade de...
Société
Des comoriens de la diaspora manifestent à MarseilleHabarizacomores Cliquez ici pour voir la vidéo https://www.facebook.com/COMORES24.France/videos/975406149328188/