Souef Mohamed El-Amine a tenu sa deuxième conférence de presse

Le ministre des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine, a tenu une conférence de presse samedi 23 décembre dernier à la salle de conférence du ministère des Relations extérieures. Il a balayé, une à une, les grandes questions qui font l’actualité nationale et internationale. La question de l’environnement, celle de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale israélienne par les États-Unis, celle du rapatriement des migrants comoriens de Libye et des 17 étudiants comoriens portés disparus au Maroc ou encore celle de la Commission mixte et de la participation des élus mahorais à celle-ci.


Le ministre des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine, a tenu samedi 23 décembre dernier sa deuxième conférence de presse depuis qu’il a pris la direction du ministère des Affaires étrangères, il y a cinq mois de cela. Il s’est dit à l’écoute, tout ce temps, de l’actualité aussi bien nationale qu’internationale.

“Nous ne sommes pas seuls, nous sommes tenus de suivre de près ce qui se passe ailleurs dans le monde”, dit-il. À commencer par ce qui se passe dans les pays voisins, l’Afrique du Sud notamment, où des élections ont été récemment organisées au sein de l’Anc. “La stabilité de l’Afrique du Sud ne peut avoir que des retombées positives sur les pays voisins, surtout sur les pays avec qui elle entretient des relations étroites, dont les Comores”, fait-il savoir.

Ce qui se passe aussi dans les pays éloignés. Souef Mohamed El-Amine évoquera le massacre des Rohingyas en Birmanie, les cas du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Niger, mais aussi de la Corée du Nord qui, bien qu’éloignée, “fait partie des piliers de la politique étrangère”.

“Les Comores affirment leur souveraineté en optant pour une politique de paix dans le monde”, affirme le ministre des Affaires étrangères. Il se félicite ainsi de la stabilité retrouvée au Soudan du Sud, laquelle entretient l’espoir en ce qui concerne la paix au Darfour, et plaide pour la “souveraineté du Yémen”.

Le deuxième point sur lequel il s’attardera est celui de l’environnement. Il évoquera le sommet de Rio, les Cop 21, 22 et 23, le sommet de la terre organisée à Johannesburg et, enfin, le sommet sur le climat qui s’est tenu à Paris le 12 décembre dernier à la demande du président français Emmanuel Macron.

“Etudier les causses profondes de l’immigration”

Ce dernier sommet a vu le retrait du président américain Donald Trump des accords sur le climat. Ce retrait, assure-t-il, n’empêchera pas les gouverneurs américains de continuer à appuyer les petits États insulaires, sur la question de la montée des eaux, de la gestion des déchets et de la protection des zones côtières entre autres.

Autre point qui concerne directement le président américain, celui de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et l’annonce du transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Souef Mohamed El-Amine a tenu à rappeler que le gouvernement comorien a déjà pris position sur cette question en ayant condamné, dans un point de presse, cette décision qui “empoisonne le monde entier”. La question d’Israël et de la Palestine fait l’objet de “200 résolutions” aux Nations unies, précise-t-il.

Le conseil de sécurité des Nations unies a d’ailleurs voté à l’unanimité une résolution condamnant la décision du président américain, obligeant les États-Unis à faire usage de leur droit de véto. Les Comores, à l’instar de la quasi-totalité des pays de l’assemblée générale, ont voté pour cette résolution, “malgré les pressions subies”.

L’actualité nationale est, elle, dominée par le rapatriement, jeudi 21 décembre dernier, de 89 migrants comoriens en partance pour l’Europe et jusque-là retenus dans des geôles en Libye. Un nombre que le ministre des Affaires étrangères estime peu élevé, en comparaison aux autres pays. “On ne peut arrêter la migration”, dit-il. L’idéal, selon lui, est d’étudier les causes profondes afin de pouvoir y apporter les solutions appropriées.

Il évoque, s’agissant du traitement réservé à la presse cette nuit-là, un “excès de zèle” de la part des services de sécurité, et présente ses excuses. Au sujet des 17 étudiants portés disparus au Maroc, il affirme que des investigations vont être faites, malgré les difficultés qu’il y a pour retracer leur piste.al-watwan

conférencedepresse SouefMohamedEl-Amine
If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Auteur
(0 rate)
Exposition
(0 rate)
Actualité
(0 rate)
I recommend
Il n y a pas encore de recommandations

Commentaires

Comments are designed to communicate and discuss the features of an enterprise or event, as well as to find out the interesting questions on it.

Politique
La France a appelé aujourd'hui «l'ensemble des acteurs politiques» comoriens à la «plus grande retenue» et au «dialogue», après les violences liées à la réélection contestée du président Azali Assoumani. Paris «invite les autorités comoriennes, ainsi que l'ensemble des autres acteurs politiques, à faire preuve de la plus grande retenue et à régler leur différend par un dialogue inclusif», a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangè...
Société
Le 30e sommet arabe ordinaire s’est déroulé à Tunis alors que la région traverse un contexte difficile avec notamment des crises qui secouent de nombreux pays comme le Yémen, la Syrie et la Libye pour ne citer qu’eux. Les peuples arabes s’attendaient au moins à une réaction digne de ce nom après la récente décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté de l’Etat sioniste sur le Golan syrien occupé. Cependant, les dirigeants ara...
Société
Les Comores sont toujours dans l’attente des résultats définitifs de la présidentielle du 24 mars. C’est la Cour suprême qui doit les proclamer. Après un scrutin contesté, le président Azali avait été déclaré vainqueur avec 60 % des voix par la Commission électorale. L’attente se vit dans un climat tendu depuis les violences, le jour du scrutin, et l’attaque du camp militaire de Kandani qui a fait trois morts. Par RFI
Politique
"Ces derniers jours, les Comores ont été le théâtre de graves tensions politiques et des actes de violence occasionnant des pertes en vies humaines. Ils font suite aux élections tenues le 24 et marquées, selon la déclaration conjointe des missions internationales d’observation électorale, par des irrégularités importantes mettant en doute la transparence et crédibilité du scrutin.   Face à cette situation, il importe que les autorités comoriennes ainsi que...
Politique
Le gouvernement comorien, représenté par le ministre de l’Intérieur, porte-parole du gouvernement, Mohamed Daoudou, le directeur de cabinet du président de la République chargé de la Défense, Youssoufa Mohamed Ali, et le secrétaire d’État chargé de la Coopération internationale, Djoumoi Saïd Abdallah, a rencontré tous les ambassadeurs, consuls et représentants des organismes internationaux accrédités à Moroni, en début de la journée du vendredi 29 mars der...
Société
Près de 2000 comoriens manifestent en ce moment Porte d'Aix à Marseille pour protester contre la réélection du colonel Azali à la tête du pays. Une réélection entachée d'irrégularités.   Le Collectif des Comoriens de l'extérieur a appelé l'ensemble de la communauté à manifester pour dire non à "la dictature du colonel Azali aux Comores". A Marseille ou réside la plus importante communauté de comoriens de France, ils sont 2000 actuellement rassemblés porte...
Politique
TUNIS, 31 mars 2019 (TAP)- Mohamed El-Amine Souef, ministre comorien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a déclaré, dimanche, à Tunis, que la région arabe vit une conjoncture délicate qui nécessite une intervention urgente de la part des dirigeants arabes pour faire face aux menaces à la sécurité et pour réaliser les aspirations des peuples à la prospérité.   Il a appelé les leaders arabes, dans son discours prononcé à l'occasion a...
Société
La majorité cherche à faire monter la pression autour du CNT. Le directeur de campagne du président Azali a lancé, ce samedi 30 mars, de graves accusations contre l’organisation d’opposition. Selon Houmed Msaidie, le mouvement serait coupable de complot afin de renverser le pouvoir, notamment pour avoir synchronisé, jeudi, l’évasion du commandant Faissoal Abdou Salam, l’attaque du camp militaire de Kandani ainsi que l’intrusion d’individus à l’ambassade de...
Société
Des comoriens de la diaspora manifestent à MarseilleHabarizacomores Cliquez ici pour voir la vidéo https://www.facebook.com/COMORES24.France/videos/975406149328188/