Après les stades et les palais présidentiels, la Chine construit les HLM africains

Quartiers résidentiels en Angola, nouvelle capitale en Egypte : Pékin donne du travail à ses entreprises de construction à la peine dans une Chine déjà bétonnée.La ville nouvelle de Kilamba Kiaxi, à une trentaine de kilomètres de Luanda, en Angola, en mai 2011. CRÉDITS : GRIFFIN SHEA / AFP

A une trentaine de kilomètres de Luanda, Kilamba Kiaxi est l’une des cinq villes nouvelles construites par la Chine en Angola. Entre 2011 et 2013, des dizaines d’immeubles de plusieurs étages, sur le plan des bâtiments construits en Chine, sont sortis de terre. Pour Pékin, c’est un modèle de la coopération Chine-Afrique. Les autorités angolaises affirment que 95 % des logements sont occupés. Kilamba serait devenue une oasis pour les classes moyennes avec 20 000 appartements, 85 000 habitants, un maire fraîchement élu et un reportage enthousiaste de la télévision chinoise CCTV.

Quand l’actuel président chinois Xi Jinping, alors vice-président, se rendit en Angola en novembre 2010, il a d’abord visité le site et confirmé un investissement de 3,5 milliards de dollars (3,25 milliards d’euros) sous la forme d’un troc pétrole contre logements. En 2011, cinquante entreprises d’Etat chinoises et 400 sous-traitants, eux aussi chinois, se mirent au travail. En deux ans, la première vague de travaux était achevée. Le projet définitif comprend la réalisation de 150 000 appartements dans dix-huit provinces. Il compte également la connexion au réseau électrique d’un demi-million de foyers, la rénovation et la construction de 2 200 kilomètres de routes et de trente-neuf stations d’épuration d’eau. Au total, 5,2 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros) devraient être investis. Mais l’effondrement des cours du brut est passé par là.

Deuxième ville plus chère au monde

Après la fin de la guerre civile en Angola en 2002, Luanda était devenue une mini-version africaine de Dubaï où l’argent du pétrole coulait à flots. Mais, aujourd’hui, nombre de bureaux neufs restent vacants. Malgré la baisse vertigineuse du kwanza, la monnaie locale, la capitale angolaise reste la deuxième ville la plus chère du monde, derrière Hongkong, selon l’étude du cabinet américain Mercer. « L’Angola doit se diversifier », explique Allan Cain, auteur d’un rapport sur le sujet pour l’ONG Angonet. Mais, pour cela, encore faut-il que l’économie redémarre. En Angola, deuxième producteur d’or noir d’Afrique, plus d’un tiers de la population vit dans la pauvreté alors que la croissance du PIB, qui avait atteint des taux exceptionnels de 20 % en 2007, est retombée à moins de 2 % en 2016.

Urbanisation rapide

La production de pétrole sert tout juste à rembourser les prêts considérables accordés par la Chine à Luanda. « Comme la Chine, l’Afrique connaît une urbanisation rapide, autour de 3 % par an, et à ce titre l’exemple et les aides chinoises sont des atouts », note David Bénazéraf dans son rapport sur le programme pétrole contre logements en Angola. Actuellement, 35 % des investissements étrangers chinois dans le domaine de la construction vont en Afrique et 16,4 % des investissements directs étrangers de la Chine en Afrique se concentrent dans le seul domaine de la construction (contre 30 % pour les mines), selon le Conseil d’Etat à Pékin. L’Afrique est le continent qui connaît la plus forte urbanisation et le nombre de résidents dans les villes devrait tripler d’ici à 2040. La Chine et l’Afrique compteront alors chacun un milliard d’urbains et cela explique que l’Angola n’est pas le seul pays visé par les promoteurs chinois. Au Maroc, la construction d’une ville nouvelle va coûter 10 milliards de dollars et permettre d’héberger trois cent mille personnes, comme le raconte le site Quartz. En Egypte, la future nouvelle capitale construite et financée par la Chine à une encablure du Caire est estimée à 45 milliards de dollars ! En 2015, les entreprises chinoises ont investi plus de 9 milliards de dollars en projets de construction dans le monde, contre 6 milliards en 2014 et 87 millions à peine en 2009, selon les chiffres du cabinet JLL.

Les bons calculs chinois

Pour la Chine, les avantages sont évidents : donner du travail à ses entreprises de construction à la peine dans un empire du Milieu déjà bétonné de toutes parts et en proie à une dangereuse bulle immobilière ; écluser ses surplus d’acier et de ciment en les déversant sur le continent africain ; imposer ses normes, son calendrier et servir au mieux les intérêts de ses entreprises et de sa politique en visant des pays clés. La plupart des grandes entreprises d’Etat chinoises ont une filiale construction. Sur les 452 000 expatriés chinois employés par les grandes entreprises d’Etat en Afrique, 54 % sont des ouvriers travaillant sur ces chantiers d’infrastructures, selon une étude de la European Financial Review. Elles financent, construisent et occupent ces bâtiments.

Ce modèle d’urbanisation à marche forcée peut-il vraiment fonctionner en Afrique ? « En Chine, tout se décide au sommet de l’Etat et l’urbanisation s’est faîte parfois de façon brutale pour servir au mieux les intérêts du pays, rappelle le professeur Xiangmin Chen. En Afrique, les terres sont souvent privatisées et le secteur informel est plus important qu’en Chine. L’enjeu est donc véritablement de savoir si la Chine construit l’Afrique à son image et pour servir ses seuls intérêts ou si la Chine construit une Afrique qui pourra s’engager sur la voie de l’industrialisation, de la stabilité financière et du respect de l’environnement ? »

lemonde.fr

If you notice an error, highlight the text you want and press Ctrl + Enter to report it to the editor
Auteur
(0 rate)
Exposition
(0 rate)
Actualité
(0 rate)
I recommend
Il n y a pas encore de recommandations

Commentaires

Comments are designed to communicate and discuss the features of an enterprise or event, as well as to find out the interesting questions on it.

Politique
La France a appelé aujourd'hui «l'ensemble des acteurs politiques» comoriens à la «plus grande retenue» et au «dialogue», après les violences liées à la réélection contestée du président Azali Assoumani. Paris «invite les autorités comoriennes, ainsi que l'ensemble des autres acteurs politiques, à faire preuve de la plus grande retenue et à régler leur différend par un dialogue inclusif», a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangè...
Société
Le 30e sommet arabe ordinaire s’est déroulé à Tunis alors que la région traverse un contexte difficile avec notamment des crises qui secouent de nombreux pays comme le Yémen, la Syrie et la Libye pour ne citer qu’eux. Les peuples arabes s’attendaient au moins à une réaction digne de ce nom après la récente décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté de l’Etat sioniste sur le Golan syrien occupé. Cependant, les dirigeants ara...
Société
Les Comores sont toujours dans l’attente des résultats définitifs de la présidentielle du 24 mars. C’est la Cour suprême qui doit les proclamer. Après un scrutin contesté, le président Azali avait été déclaré vainqueur avec 60 % des voix par la Commission électorale. L’attente se vit dans un climat tendu depuis les violences, le jour du scrutin, et l’attaque du camp militaire de Kandani qui a fait trois morts. Par RFI
Politique
"Ces derniers jours, les Comores ont été le théâtre de graves tensions politiques et des actes de violence occasionnant des pertes en vies humaines. Ils font suite aux élections tenues le 24 et marquées, selon la déclaration conjointe des missions internationales d’observation électorale, par des irrégularités importantes mettant en doute la transparence et crédibilité du scrutin.   Face à cette situation, il importe que les autorités comoriennes ainsi que...
Politique
Le gouvernement comorien, représenté par le ministre de l’Intérieur, porte-parole du gouvernement, Mohamed Daoudou, le directeur de cabinet du président de la République chargé de la Défense, Youssoufa Mohamed Ali, et le secrétaire d’État chargé de la Coopération internationale, Djoumoi Saïd Abdallah, a rencontré tous les ambassadeurs, consuls et représentants des organismes internationaux accrédités à Moroni, en début de la journée du vendredi 29 mars der...
Société
Près de 2000 comoriens manifestent en ce moment Porte d'Aix à Marseille pour protester contre la réélection du colonel Azali à la tête du pays. Une réélection entachée d'irrégularités.   Le Collectif des Comoriens de l'extérieur a appelé l'ensemble de la communauté à manifester pour dire non à "la dictature du colonel Azali aux Comores". A Marseille ou réside la plus importante communauté de comoriens de France, ils sont 2000 actuellement rassemblés porte...
Politique
TUNIS, 31 mars 2019 (TAP)- Mohamed El-Amine Souef, ministre comorien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a déclaré, dimanche, à Tunis, que la région arabe vit une conjoncture délicate qui nécessite une intervention urgente de la part des dirigeants arabes pour faire face aux menaces à la sécurité et pour réaliser les aspirations des peuples à la prospérité.   Il a appelé les leaders arabes, dans son discours prononcé à l'occasion a...
Société
La majorité cherche à faire monter la pression autour du CNT. Le directeur de campagne du président Azali a lancé, ce samedi 30 mars, de graves accusations contre l’organisation d’opposition. Selon Houmed Msaidie, le mouvement serait coupable de complot afin de renverser le pouvoir, notamment pour avoir synchronisé, jeudi, l’évasion du commandant Faissoal Abdou Salam, l’attaque du camp militaire de Kandani ainsi que l’intrusion d’individus à l’ambassade de...
Société
Des comoriens de la diaspora manifestent à MarseilleHabarizacomores Cliquez ici pour voir la vidéo https://www.facebook.com/COMORES24.France/videos/975406149328188/